UA-206826733-1
 
Rechercher
  • Caroline Faucounau

Le pardon

on m’a interpellé sur le pardon. « On dit souvent qu’il faut pardonner, mais si la personne ne le mérite pas ? »

Faisons ensemble un petit focus sur le pardon, ces six petites lettres tellement puissantes…

Déjà, il y a une différence entre le pardon que l’on peut donner suite à la demande d’une personne qui s’excuse et le pardon que l’on peut donner à quelqu’un, qui nous a blessé, mais que l’on fait pour soi.

En effet, si quelqu’un demande pardon et offre une réparation pour l’acte qu’il a causé, il est plus facile à la base de le pardonner. Mais souvent les personnes à qui on n’a pas envie de pardonner… sont justement celles qui ne se sont pas excusées. Voire qui ne le feront jamais. Quand on pardonne à quelqu’un qui l’a demandé, l’affaire est à priori close. L’apaisement mutuel prend place et on peut passer à autre chose. Mais quand une personne nous a froissés, heurtés, blessés, trahis, humiliés, rabaissés, abandonnés, rejetés ou mis dans une injustice profonde… une partie de nous n’a pas envie de lui apporter cet apaisement. D’où la question du mérite : « Je ne vais pas lui faire ce cadeau ».

Le pardon est un cadeau. Oui, mais pas pour l’autre, pour Soi !

On ne pardonne pas pour les autres, mais pour soi-même ! Le pardon apporte la paix de l'âme. Il apaise la colère du cœur. Il libère de la rancœur du passé. Il se purifie de la déception de ce qui a été.

Souvent, on refuse de pardonner, car on ne veut pas excuser l’acte, qui est à nos yeux, impardonnable. Mais on peut pardonner sans excuser l'acte. Ce n'est pas une conséquence du pardon. La seule conséquence du pardon est la libération des émotions négatives , afin de ne pas être blessé deux fois au final. Car lorsqu’on s’accroche aux blessures du passé ou aux rancoeurs, on ne fait que goûter à nouveau au même poison que notre bourreau nous a donné la première fois. En s’accrochant à la haine, à la colère, à la déception … ce n’est pas l’autre qui est « puni » mais – à nouveau - nous. Donc ce n’est pas à lui qu’on refuse un cadeau, mais à nous. Le cadeau de la légèreté. Le cadeau de la libération. Le cadeau de « je passe à autre chose et je vis ma vie sans ce fardeau ».

Comment pardonner sans pardonner l’acte ? L’un n’entraîne pas l’autre en réalité. Ils ne sont pas opposés et on peut donc les apposer. On pardonne à la personne, à son être, à son âme et, en parallèle, on n’approuve pas ce comportement.

On peut pardonner à quelqu’un sans même le lui dire ! On peut juste mettre le pardon sincère dans son cœur, pour l’alléger. Pardonner aux autres permet d’être libre et de faire rentrer la lumière et la joie dans sa vie.

Souvent, en parallèle du pardon à autrui, il est bon de se pardonner aussi. Pour ses choix ou ses actions qui ont mené à cette situation non favorable ou non agréable.

N’oublions pas que c'est cette situation cependant qui vous construit aujourd'hui. C'est cette situation qui vous a façonné à l’image de qui vous êtes aujourd’hui et qui vous a permis d'aller trouver d'autres ressources ou apprentissages.

S'en vouloir pour son passé est injuste, car il est immuable. Se pardonner et grandir de cette expérience sont des choix bien plus sains. Se pardonner soi-même est libérateur. Se pardonner à " Soi-m'aime... " apporte la paix de l'âme. Pardonnez à vous et aux autres pour "vous-m'aime" et rayonnez !



Le pardon, mon poème


Le pardon: 6 petites lettres, un seul mot, N'a l'air de rien, mais est très puissant, Car il peut enlever de nombreux maux, Ceux du passé, ainsi que ceux du présent. Bienfaiteur de celui qui le donne, Libérateur de celui qui le demande, Il délivre de la colère qui emprisonne. Il empêche à ce négatif, qu’il nous façonne. Pardonner aux proches leurs comportements, Pardonner à ses parents leurs manquements. Mais pourquoi pardonner délibérément, À un auteur qui nous crée des tourments ? Pardonner aux autres, non pas pour eux, mais ne plus garder en soi tant de rancœurs ; Afin de ne plus être aussi malheureux, pour au final guérir son précieux cœur. Le pardon aux autres et à soi-même, adoucit l'âme en peine, Le pardon de soi-m'aime, en vaut toujours la peine.

Caroline Faucounau, coach de rayonnement intérieur.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout